dans Environnement de travail

À la recherche constante des meilleurs talents, Uzinakod n’hésite pas à étendre ses recherches à l’international. Que ce soit en engageant des étudiants étrangers désirant prolonger leur séjour à Montréal ou lors d’événements de recrutement dédiés, toutes ces stratégies nous ont permis d’agrandir nos effectifs.

Mais comment ça se passe, le recrutement à l’international? Pour y répondre, nous avons posé quelques questions à Karine Salles, maintenant Analyste d’affaires chez nous.

À quelle occasion as-tu rencontré Uzinakod pour la première fois?

J’ai rencontré Uzinakod pour la première fois aux Journées Québec Monde à Paris en décembre 2019. Je n’avais pas postulé à une offre chez eux, c’est en faisant le tour des stands que j’ai vu qu’ils cherchaient des analystes d’affaires.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de nous rejoindre?

C’est en discutant avec Sébastien Daupleix, l’un des deux fondateurs, que je me suis intéressée à Uzinakod. Je n’ai pas eu l’impression de passer un entretien, c’était un échange informel. Je me suis sentie à l’aise et j’ai compris qu’on partageait les mêmes valeurs au niveau du travail: la satisfaction du client, l’innovation, l’esprit d’équipe.

Je me suis aussi retrouvée au niveau des missions qu’Uzinakod proposait, car on n’est pas un numéro comme dans d’autres sociétés de services et ils font en sorte de matcher avec nos intérêts professionnels au maximum.

Au niveau personnel, j’ai eu l’impression qu’Uzinakod avait envie qu’on se sente bien dans notre quotidien et respectait notre équilibre vie personnelle-vie professionnelle.

Ça se confirme aujourd’hui. C’est une entreprise à l’écoute de ses employés.

Comment se sont déroulées les démarches entre l’acceptation de l’offre et ton arrivée à Montréal?

J’ai passé mon entretien le dimanche et j’ai eu une proposition le lendemain. On a trouvé ça super rapide avec mon conjoint, mais on était aussi très heureux.

On a été accompagnés tout au long par Érika (des RH). Un channel Teams a été créé pour qu’on puisse poser nos questions et échanger entre futurs arrivants.

On a pu échanger et avoir des informations sur ce qui nous préoccupait, comme le permis de travail, les logements etc. Ça a été assez fluide même si on avait pas mal d’interrogations à cause de la pandémie.

L’équipe d’Uzinakod a toujours été super réactive, ce qui est rassurant quand on doit traverser l’Atlantique.

De mon côté, j’avais pris énormément de renseignements sur différents sites internet donc j’étais bien préparée.

Comment s’est déroulée ton intégration dans l’équipe à distance?

L’intégration a vraiment été au top!

J’ai été accompagnée par Érika, par Geneviève (une analyste QA), mais aussi par toute l’équipe de développeurs.

Ils ont vraiment à cœur de t’aider dans leur méthodologie de travail et d’échanger aussi sur d’autres sujets au café virtuel ou sur les différents channels Teams: Random par exemple.

Tout le monde met sa webcam ce qui aide l’intégration et on peut mettre une tête sur une voix.

Es-tu satisfaite de ta nouvelle vie à Montréal?

Je connaissais déjà Montréal, mais je suis très contente d’y être revenue. Je me sens épanouie sur le plan professionnel et personnel.

C’était un projet à deux et on est tous les deux contents d’avoir traversé l’Atlantique malgré la pandémie. Montréal est une ville très agréable et il y a plein d’activités à découvrir (un peu moins en ce moment, mais ça reste super malgré tout).

Évidemment, l’expatriation/immigration n’est pas faite pour tout le monde. Il faut accepter de s’éloigner de son pays d’origine et s’intégrer dans une nouvelle culture et nouvelle manière de fonctionner. Mais du moment qu’on en est conscient et qu’on s’adapte, cela ne peut que bien se dérouler.

Recommandes-tu l’expérience à ceux qui hésitent?

Pour ceux qui ont envie de découvrir une autre culture, un autre pays et la province du Québec. Et pour ceux qui ont un projet bien établi. Sans hésiter: OUI!

As-tu quelques conseils à leur donner?

Je dirais que tout est dans la préparation et l’adaptation. Ne chargez pas trop vos valises, vous ne partez pas à Tombouctou. Il y’a aussi du saucisson à Montréal.

Renseignez vous sur les sites comme pvtistes, les blogues, etc. Une mine d’or! Et faites vous votre propre opinion et expérience.

 

À voir aussi: l’expérience de Joanna

Articles recommandés
Recrutement chez UzinakodParcours du stagiaire