Par Fabien 21 févr. 2022

Le comité social, un moyen de rendre une entreprise fun encore plus fun

Le sens du timing, ça nous connaît! Après avoir inauguré nos nouveaux bureaux (trois fois plus grands que les anciens) quelques jours à peine avant le début de la pandémie, on a récidivé. Cette fois, on a lancé notre tout premier comité social en novembre 2021, soit environ un mois avant une nouvelle période de confinement. Mieux vaut en rire un peu!

Cela dit, rien n’est perdu! Dès la consigne levée, nos employés auront l’occasion de retourner à nos bureaux lorsqu’ils le désirent. Et pour le comité social, il est plus actif que jamais, même à distance!

Comment le comité social parvient-il à se réinventer (on s’excuse) dans ces circonstances? Pour le savoir (et pour en savoir plus sur le comité en général), on s’est entretenus avec ses trois membres: Mikaël, Katia et Maëva.

Important fait à noter: au moment de rédiger ces lignes, le télétravail était toujours obligatoire, mais des mesures d’allègement se profilaient à l’horizon. La date de retour au bureau a été confirmée depuis.

Membres du comité social

Pourquoi as-tu décidé de te joindre au comité social d’Uzinakod?

Mikaël LeBlanc


Mikaël, Développeur Full-Stack chez Uzinakod depuis janvier 2020

J’aime beaucoup l’aspect social d’être au bureau. J’avais des idées d’activités fun à faire. J’ai déposé ma candidature parce que j’avais l’occasion de les mettre à exécution. Aussi, j’avais déjà personnellement envie de contribuer à la vie sociale de l’entreprise.

Katia Bertagnin


Katia, Chargée de projets | Analyste d’affaires chez Uzinakod depuis septembre 2021

J’ai déjà fait partie d’un comité équivalent en France, sur un modèle un peu différent, et qui m’avait beaucoup plu. Chez Uzinakod, il n’y a vraiment que le côté «on amène du fun aux gens». Je trouve ça vraiment cool de pouvoir dynamiser le groupe et contribuer à avoir des activités qui permettent de sortir du quotidien de travail et de connaître un peu mieux les collègues, de les connaître d’une autre façon.

Maëva Visentin


Maëva, Coordonnatrice RH | Marketing chez Uzinakod depuis septembre 2021

Avant d’arriver chez Uzinakod, je travaillais dans l’événementiel. Quand ça s’est présenté, j’ai sauté sur l’occasion! Je sais ce que sont les retours sur investissement des événements que j’ai pu organiser et la joie que ça peut apporter.

Le fait de pouvoir rassembler les gens, c’est quelque chose de très important dans ma vie privée aussi. L’un avec l’autre, je me suis dit: «fonce»!

Quelles initiatives ont-elles été mises en place jusqu’à maintenant?

Mikaël LeBlanc

La première chose qu’on a faite, ç’a été le premier 5@7 du comité social, un événement en présentiel. Pourquoi? Parce que ce sont des événements appréciés et qui peuvent se faire directement après la journée de travail.

L’événement représentait aussi une forme de test: on a voulu savoir combien de temps prévoir pour le ménage ou d’autres technicités qu’on ne connaissait pas jusqu’à ce qu’on les rencontre.

Ensuite, ça a été le 5@7 virtuel. On a testé une plateforme pour simuler une présence. Ça a assez bien fonctionné, les gens étaient contents. C’est assez facile de participer comme c’est en ligne.

Maëva Visentin

On va aussi essayer de se baser sur les événements thématiques par saison et profiter de ces occasions pour en faire des rassemblements et des événements d’équipe. On l’a d’ailleurs fait pour la Chandeleur en février. On saisit les tendances et les propositions, puis on les construit à notre sauce!

Concours de la Chandeleur du comité social

Quels sont les objectifs du comité pour l’année à venir?

Katia Bertagnin

Tout plein, mais je ne sais pas si j’ai le droit de faire du spoil! 😉 On a surtout organisé des «petits événements» pour l’instant, mais on a dans les plans d’en faire à plus grande échelle, peut-être même des activités où on arriverait à se retrouver à l’extérieur.

Se revoir sur le plan physique, ce sera vraiment le défi de cette année. Respecter les mesures sanitaires, mais quand même arriver à recréer un lien physique entre les personnes et tous se retrouver à un moment donné.

Maëva Visentin

L’objectif de base est qu’un événement soit organisé au moins une fois par mois. L’idée serait d’organiser un ou deux gros Team Buildings sur l’année. C’est le genre d’activités qui vient confédérer une équipe.

On va également continuer à souligner des petits concours thématiques, car ça marche vraiment bien, et s’impliquer dans l’organisation du party de Noël.

Comment parvenez-vous à maintenir le comité actif à distance?

Mikaël LeBlanc

On y va un mois à la fois. Avec le comité, on communique par Microsoft Teams. Quand il y a de la préparation à faire, on se fait un petit appel et on se divise les tâches. Une personne écrit un texte d’invitation, on propose des modifications et on l’envoie.

On a un budget qui permet de donner des prix et ça incite les collègues à participer. C’est une bonne chose selon moi.

Katia Bertagnin

Au final, ce n’est pas si compliqué que ça! On avait déjà pris une organisation qui était plutôt virtuelle, puisque la présence au bureau était facultative.

Quand il y a besoin de faire une plus grosse session de brainstorming, alors on prévoit une réunion. Maëva est super bien organisée sur la partie secrétariat. Elle nous fait des petits comptes-rendus. On a notre propre espace de documentation. Franchement, ça marche super bien comme ça.

Quelles sont les principales difficultés occasionnées par le télétravail?

Mikaël LeBlanc

Le fait qu’on ne puisse pas se voir en présentiel limite beaucoup le type d’événements qu’on peut proposer. La raison pour laquelle on souhaite organiser une activité extérieure, c’est qu’on peut rencontrer des gens tout en gardant nos distances et en respectant les recommandations du gouvernement.

La connexion entre les gens n’est vraiment pas la même en téléconférence qu’en personne. C’est ça le but du comité social finalement: augmenter la cohésion entre les employés et faire en sorte qu’ils se connaissent à travers les équipes. C’est beaucoup plus facile en présentiel, car en ligne, les gens vont surtout rester auprès de ceux qu’ils connaissent déjà.

Maëva Visentin

Le choix des activités est assez limité, du fait que c’est surtout en ligne et ça finit souvent par se ressembler d’un logiciel à l’autre.

En plus, ce sont de nouveau des heures passées devant un écran. Les employés ont envie d’échanger avec leurs collègues, mais pas forcément avec leur casque d’écoute et devant leur ordinateur.

Premier 5@7 du comité social

Selon toi, pourquoi est-ce important de compter sur un comité social au travail?

Mikaël LeBlanc

La cohésion entre les employés, c’est plus important que ça peut en avoir l’air à première vue pour qu’une compagnie aille bien. C’est de la motivation aussi. Personnellement, j’allais au bureau parce que j’en avais assez d’être chez moi, mais ce n’est pas que ça. Côtoyer des gens que je ne vois pas dans ma vie de tous les jours, ça me donne aussi envie d’aller travailler. C’est motivant!

Katia Bertagnin

Je trouve ça presque indispensable! Pour tout bon dirigeant d’entreprise, le fait de vouloir créer de la cohésion entre ses employés, c’est quelque chose de sain, et de fait, qui va rapporter.

Ça facilite autant l’intégration des nouveaux employés que le sentiment d’appartenance à l’entreprise, surtout en contexte de pandémie.

Maëva Visentin

Je pense que plein d’employés ont de bonnes idées, mais ne sentent pas que c’est leur travail d’aller de l’avant avec ces initiatives. Généralement, elles tomberont donc à la trappe et rien ne se fera.

Le fait de mettre en place un comité social, ça permet de concrétiser des activités qui ne verraient probablement jamais le jour autrement. Ça permet de cadrer une organisation et de pouvoir aller de l’avant avec un budget défini.

Les trois heures par mois consacrées au comité nous permettent d’organiser un bel événement qui n’a pas l’air d’avoir été bricolé à la dernière minute!

L’équipe d’Uzinakod est en pleine expansion. Est-ce que ça rend la tâche du comité plus simple ou plus complexe?

Mikaël LeBlanc

Je dirais que ça ne change rien quand ce sont des activités en ligne. Quand ce sont des activités en présentiel, c’est bien différent.

Ce n’est pas nécessairement tout le monde qui voudra participer à toutes les activités (et c’est correct). Il y aura des activités qui seront plus ciblées vers les développeurs, d’autres vers les sportifs par exemple. Le but est que tout le monde s’y retrouve dans l’offre d’activités, sans chercher à faire plaisir à tout le monde en tout temps.

Maëva Visentin

Ça ne la rend pas spécialement plus complexe, mais ça la rend certainement plus intéressante puisqu’on a plus d’opportunités.

Il y a des coûts fixes associés à un événement: la décoration, l’emplacement, etc. Plus nombreux on est, moins les coûts fixes par personne auront un impact. C’est ce qui devient intéressant, car le budget qu’on aura sera par personne, mais les coûts fixes resteront les mêmes que pour un petit groupe. On peut donc organiser des activités de plus grande envergure.

Conclusion

La distance n’a freiné en rien les ambitions de notre comité social. Bien au contraire, on peut dire que ça a permis à ses membres de commencer plus doucement pour mieux apprivoiser leur nouveau rôle.

Avec le succès monstre du concours de crêpes de la Chandeleur et le retour au bureau à venir, les attentes sont grandes, mais on est confiants que le comité social d’Uzinakod saura livrer la marchandise!

Comme ils l’ont dit, avoir plus d’employés à divertir ne leur fait pas peur, alors rejoins-nous dès maintenant pour prendre part à la prochaine activité!

Articles recommandés
Publié le 31 août 2021

L'expérience Uzinakod: toutes les bonnes raisons d'embarquer

Tu recherches un emploi qui te motivera à progresser et qui t’inspirera à relever des défis au quotidien? Tu accordes une grande importance à l’équilibre entre ta vie personnelle et professionnelle? Si tu as répondu oui à ces questions, tu es tombé sur le bon article! Continue ta lecture

En lire plus
Publié le 23 mai 2023

Guide 2023 pour encourager la présence au bureau de vos employés

«Comment encourager les gens à revenir travailler au bureau?»: la question qui tue et qui est sur les lèvres de bon nombre de dirigeants d’entreprises et de spécialistes RH. Et si on vous renvoyait la question suivante: «Pourquoi ne pas laisser le choix aux employés?». Le télétravail est

En lire plus
Partager sur